Quand le bouilleur de cru distille lui-même sa gnôle : 1° partie, dans mon atelier…

Ceux qui ont lu l'introduction de mon livre (disponible dans "extraits du livre") connaissent la distinction entre les bouilleurs de cru, et les bouilleurs ambulants. Étant moi-même de cette seconde catégorie, je m'appplique à distiller le cru des bouilleurs de la première, autrement dit, le bouilleur ambulant distille la gnôle du bouilleur de cru et aucun des deux ne contrôle le processus du début à la fin de l'ouvrage (en fait, le contrôle, c'est encore une autre histoire…).

Il existe un cas particulier où le bouilleur de cru distille lui-même sa chère goutte : c'est lorsqu'il est adhérant à un syndicat utilisant en général un alambic communal. Cette situation enviable fera l'objet de la seconde partie de cet article. En attendant, je vais vous parler de mon atelier public, et de comment j'exploite sans honte mes clients (les bouilleurs de cru).

En installant mes alambics dans mon nouvel atelier à Autignac, je me suis concentré sur la distillation du vin (vin de Faugères ou du Languedoc, pour produire la Fine de Faugères, ou du Languedoc). c'est plus facile à distiller et le rendement est meilleur…

Comme je ne pouvait décemment pas laisser tomber mes bouilleurs de cru, les particuliers qui préparent un tonneau de fruit ou quelques comportes de marc de raisin, j'ai installé un alambic à bain-marie de 100 litres à leur intention : l'Alambic des bouilleurs de cru d'Autignac je leur propose de venir distiller eux-même leur cru. C'est-à-dire qu'ils font eux-même tout le boulot pendant que je distille tranquillement le vin des vignerons du coin en supervisant l'affaire. Le travail se fait donc sous ma responsabilité sur le plan administratif (je remplis les registres), et je donne les consignes aux débutants.

La journée est souvent longue (l'alambic de mes arpètes est une machine fiable mais plutôt tranquille) mais pas inactive…

Stage pratique… Yvo décharge son marc

                                 Yvo distille son marc

Le coût pour distiller soi-même dans ces conditions d'exploitation pure et simple est moindre que le tarif normal, il couvre les frais de gaz et de petit matériel (3€/litre), mais l'intérêt pour moi se trouve surtout dans l'échange avec le récoltant, le partage des connaissances, le plaisir d'avoir pu encore offrir un service que les conditions de gestion d'une entreprise aujourd'hui permettent rarement (le rendement… les charges…). Les bouilleurs de cru, en général, ne regrettent pas…

Et puis ma devise de distillateur un peu nonchalant c'est… "Faites le vous même !"

Ismael à Autignac

 

 

 

 

Ismael disitllateur d'eau de rose de Midelt (Maroc)

en stage de "bouilleur de cru"


 

Commentaires (7)

1. Matthieu 27/10/2015

Bonjour Julien,
Je crois que la réponse à votre question se trouve sur ce site ;-)
Sinon, je connais un excellent bouquin sur le sujet (d'après ce que l'on dit)…
Bonne continuation !
Matthieu

2. julien 27/10/2015

bonjour, je m appelle julien, je vis en suisse. pour mes etudes je recherche, des gens, qui pourront m expliquez, comment fait-on pour distiller.
j'ai compris les phases de fermentation et de macération
je vous remercie

3. 03/02/2012

Bonjour Mademoiselle Jujube,
Il est possible que vous soyez sur la bonne voie… Fouillez…
à bientôt !

4. jujube 24/01/2012

Bonjour Mr Frécon,

Merci pour toutes ces informations et toutes ces connaissances sur cet art millénaire!
Je suis à la recherche d'un distillateur musicien, de préférence barbu...
Je vais encore fouiller dans ces pages peut être le trouverais-je??

Jujube

5. jujube 24/01/2012

Bonjour Mr Frécon,

Merci pour toutes ces informations et toutes ces connaissances sur cet art millénaire!
Je suis à la recherche d'un distillateur musicien, de préférence barbu...
Je vais encore fouiller dans ces pages peut être le trouverais-je??

Jujube

6. Matthieu 11/09/2011

Sans doutes…

7. blanc 11/09/2011

ayant beaucoup de peches de vigne peut esperer faire de l'eau de vie avec
merci

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau