Stages de distillation

Stage de distillation alcools

Depuis quelques années, je donne une formation de deux jours sur la distillation des alcools. Cette formation a au départ été conçue pour les membres du syndicat SIMPLES qui sont en général des récoltants et utilisateurs de plantes aromatiques et médicinales (PPAM), voire des distillateurs d'huiles essentielles qui veulent découvrir l'autre face de l'alambic : celle qui fait la goutte.
L'alcool, pour les professionels des PPAM, c'est une matière première nécéssaire à la fabrication des teintures mères, des parfums &c… C'est une matière première indispensable et précieuse et il n'est pas toujours facile d'en trouver de bonne qualité. L'un des but du stage étant d'apprendre les techniques et les possibilités légales pour produire son propre alcool de bonne qualité.

Première journée : autour de l'alambic cours-pratique-conditions-reelles-ariege.jpg
pedagogie-faites-le-vous-meme.jpg

Les techniques : Le stage se passe autour d'un alambic traditionnel de bouilleur ambulant de 50 ou 100 litres, système simple à repasse. On distille du vin (ou du cidre en Normandie, en septembre 2013 par exemple) pour produire un "esprit-de-vin" qui est un alcool fort (environ 75°) qui convient à l'élaboration de teintures-mères, de liqueurs, ou autres préparations. On aborde les méthodes pour enlever les têtes et les queues &c… le tout d'une manière très simple, avec la technologie la plus simple possible (les principaux instruments de contrôles sont organoleptiques : on touche, on goûte, on sent…). discussions-au-coin-du-feu-jura.jpg
Les possibilités légales : Ce sont en général l'agrément de distillateur (distillateur d'alcool donc), avec ou sans entrepôt ; ou bien l'utilisation ou la création d'un alambic syndical comme il en existe beaucoup dans l'Est de la France : les alambics communaux régis par une association.
La journée se termine avec une dégustation (les stagiaires amènent leurs productions), qui est un toujours moment aussi important qu'agréable…

Seconde journée : Spagyrie et médecines naturelles second-jour-en-salle.jpg
L'alchimie de l'alambic, en pratique et en philosophie…

La matinée commence avec l'histoire de la distillation :
Premiers alcools, premières essences. Médecines, cosmétiques et boissons au cours de l'histoire avec les techniques primitives. La matinée se continue avec une réflexion sur la relation entre la santé, le bien-être, et la spiritualité (dit autrement : "du spiritueux au spirituel" - ou vice-versa) qui est une question que se sont posé les inventeurs des grandes boissons telles que les élixirs des Chartreux, ou l'Absinthe… et qui intéressera ceux qui sont à la frontière du bien-être et de la santé. Un Kethar marocain distille son eau de lavande pendant la matinée.

L'après-midi est consacrée à un exposé pratique sur la spagyrie.
La spagyrie est une médecine alchimique qui a hérité de sa philosophie alors qu'elle laisse un peu de sa spiritualité au profit de la santé. J'ai l'habitude de parler de l'alchimie à la manière de "La Nature Dévoilée" qui est un livre très profond tout en restant toujours très clair et très imagé (et qui n'emploie pas de jargon ou ne parle jamais de façon codée), c'est-à-dire de manière simple et pratique. On voit en détail la fabrication d'un élixir spagyrique, ainsi que plusieurs autres travaux tradtionnels simples et très utiles. Toutes les étapes seront réalisées en pratique pendant l'après-midi (ce qui demande un peu d'attention parce qu'une demi journée pour réaliser ce programme, c'est court !). On utilise des systèmes de distillation simples tels que la cornue ou la tête-de-Maure, des systèmes de distillation solaire &c…
Je termine en général avec des éléments de technique homéopathique qui permettent une utilisation des produits spagyriques.

Le cours complet est donné sous forme photocopiée aux stagiaires en début de stage.

Certaines sessions sont plus axées sur la distillation des eaux-de-vie alors que d'autres développent plus le programme spagyrie. Ce programme est modulable selon la demande. Je vous parlerai plus tard d'autres programmes de stages que je donne également autour de la distillation, en milieu scolaire notamment.

Vous trouverez le programme partiel des stages sur l'agenda de ce site, si vous ne trouvez pas votre bonheur, vous pouvez m'écrire ici.

Si vous avez suivi l'un de ces stages, merci de laisser un commentaire !



Merci à Boris Perrin (Les Mutins de Pangée) qui a filmé plusieurs stages dont vous retrouverez l'essentiel dans le DVD qui accompagnera la réédition prochaine de "L'ALAMBIC". Les photos ci-dessus sont extraites de ces images.

Comme d'habitude, passez la souris sur les images pour avoir les légendes.

bouilleurs de cru distillation alcools eaux-de-vie alambic alchimie spagyrie apprendre à distiller

Commentaires (6)

1. Matthieu 02/10/2014

Bonjour Aurélien,
Les stages, quand ils sont prêts à être annoncés, le sont sur l'agenda du site.
Merci
Matthieu

2. Aurélien 02/10/2014

Bonjour,
Ces stages sont ils effectués?
Si oui quels sont les prochaines dates?
Merci
Aurélien

3. Christophe Bouvet (site web) 17/11/2013

Comment en dire plus que Benoît Noel, maître du verbe, mousquetaire de la plume, chantre des fruits défendus ?
Si ce n'est que le Vastel n'est pas mon nom mais celui de la ferme. Pour les détails cidricoles, ça mérite de faire l'objet d'un autre article :-)

Bref, tout çà pour dire un très grand merci à Matthieu de s’être déplacé jusqu'au limites extrêmes d'une péninsule irradiée de froid, pluie et de grand vent, (on dit ça pour faire fuir les touristes) nous transmettre son expérience.
Les participants, d'horizons très variés, m'ont très agréablement surpris par leur gentillesse et leur attention. On s'en pose la question d'organiser un post-stage d'ici un an...
Organisez un stage avec Matthieu chez vous, vous ne serez pas déçus ! Et rapidement, avant que sa curiosité ne le mène vers d'autres alchimies.

En attendant, je suis rassuré, il repassera dans le coin, il a oublié des pièces de son alambic !
Christophe Bouvet, fermier

4. Lili Mamath (site web) 02/10/2013

Ces deux jours de stage autour de Matthieu ont été un pur instant de bonheur. Les ingrédients? Une vingtaine de personnes aux horizons très divers, qui ne se connaissent pas mais qui s'aiment aussitôt, et qui se sentent suffisamment en confiance pour échanger leurs expériences autour du vaste savoir de Matthieu et de ses alambics, une grande rasade de soleil (dont une pincée congelée), une large dose de générosité de la part de Matthieu mais aussi de chacun. Mélangez le tout jusqu'à obtention d'une belle matière à penser - car derrière les techniques de distillation et de spagyrie, et derrière les récipients au long cou fuselé pour l'un, à la tête de méduse pour l'autre, à la robe transparente pour beaucoup... il se dégage toute une philosophie qui nous donne à cogiter et qui nous laisse l'impression de repartir encore un peu plus ouvert.
Je voulais remercier Matthieu, mais aussi chacun d'entre vous pour sa belle présence et les belles ondes que vous avez offertes pour faire de ce WE un moment inoubliable.
Lili

5. Christian GAUDRON (site web) 02/10/2013

La magie de ces deux jours autour de la distillation, c'est de faire un harmonieux mélange entre la production d'alcool, l'obtention de quintessences aromatiques et l'application médicale des élixirs : pas de frontières entre les disciplines, reliant le matériel du sang de la terre au spirituel, nourriture de l'âme. Avec la simplicité et la sincérité qui le caractérise, Matthieu nous fait partager autant ses connaissances mûries de longue date que l'aspect pratique de ses expériences, toutes vécues avec passion et vérité. Ici, rien d'alambiqué ! Il fait parti de ses personnes rares qui mettent immédiatement à l'aise un auditoire hétéroclite aux intérêts variés et suscite de part leur seul enthousiasme une dynamique de groupe formidable. A ne pas manquer cet hiver : un duo attendu entre ce maître de l'art et le mage des herbes de vie, Thierry Thévenin ! Voilà qui devrait nous mettre le feu... ou l'eau, à la bouche.
Christian Gaudron

6. Benoit NOEL (site web) 30/09/2013

Le bouche-à-oreille étant la meilleure des publicités, on se rue aux stages de Matthieu. À preuve, un participant n’avait pas hésité à rallier en vélo depuis Bruxelles, la Ferme du Vastel, sise dans le Cotentin (Theurthéville-Bocage en Basse-Normandie), près de Cherbourg. Il est vrai que cette ferme cidricole exsude un franc feng shui. Christophe Vastel est sorti de l’AOC récemment : - Tu comprends, je refuse toute levure effervescente, souffre ou acide citrique. Matthieu, goguenard lui propose de mettre du citron en lieu et place d’acide citrique. - Ah, non, quand même pas, j’en mets volontiers dans ma Fleur de sureau mais dans le cidre, faut pas abuser quand même. Matthieu insiste : - Mais pourquoi non ? moi personnellement, j’essayerai le citron… Il est comme ça, Matthieu, il n’aime pas les sentiers balisés et défriche à tout va. Il confère deux jours durant sans consulter une note mais dort en toute saison la fenêtre grande ouverte. Le cerveau vertement oxygéné, il reprend une large bolée d’iode marin lorsqu’il entame son cours magistral. Il regarde à gauche puis à droite ou l’inverse, feignant de chercher l’inspiration mais jauge plutôt subrepticement la qualité d’écoute de chacun des participants. Il sait qu’il va devoir ramener dans le cercle ceux préférant le savoir à la saveur comme ceux se dissimulant derrière l’opposition systématique, le cynisme ou le mot d’esprit à tout va. Au demeurant, il se charge de faire lui-même l’examen critique des propositions qu’il avance. On gagne du temps. Il n’assène aucune vérité, il témoigne de son expérience concrète et n’invite pas tant à la suivre qu’à s’en servir comme base d’expériences personnelles. Sa vaste culture lui autorise des synthèses originales. Le but du stage est de multiplier échanges, passerelles et ponts entre praticiens de la dilution, de la macération et de la distillation ne se fréquentant pas. Ces dames des huiles essentielles, adeptes de la phytothérapie et ces messieurs de la goutte, fervents de la cuite. Magie du lieu, à la Ferme du Vastel, cette répartition des rôles est parfois inversée : Claire, au demeurant excellente cuisinière, est distillatrice-ambulante de premier jet et certains hommes sont tentés par la distillation des simples des prés. Il est vrai, qu’en cette période de redéfinition des genres, produire des fragrances supposées féminines ou masculines est un peu old fashion, isn’t it ? Matthieu n’apprécie pas le mot « produit » suggérant des préparations lisses et trop rondes, il aime les perles baroques. Il déplore surtout que le spiritueux perde en spirituel : - Sur la place du village, il vaut mieux emprunter les passages cloutés pour aller de la pharmacie à l’église ou au bistrot. Paradoxalement , les adeptes de l’élixir, du vin de messe ou de l’apéro se boudent à l’heure actuelle. Leurs passés sont pourtant bougrement croisés. Matthieu dit encore : - In fine, seul le corps ne ment pas : dans une dégustation, l’eau-de-vie que vous avalez est meilleure que celle que vous recrachez. C.Q.F.D ! La première journée, les stagiaires sont invités à produire collectivement du calvados sur un alambic Deroy simplex de 50 litres. Le résultat est honorable. Les uns se sont risqués à luter, d’autres à la bonne chauffe. Le second jour, on procède non moins collectivement à la production d’une gélule homépathique à base de ce calvados et de myrte, cueilli la vieille dans la cour du Vastel. Entre-temps, Matthieu fait généreusement goûter ses productions maison. Éblouis, certains vont jusqu’à boire son eau de rose ! Intarissable, Matthieu explicite maintenant alchimie et spagyrie. Il avance en souriant : - Sel et sucre sont de la lumière congelée. On se surprend à tout comprendre de ses explications nettes et précises sur la pierre philosophale, la quintessence ou la pierre de vin. Logique, il parle d’or avec un réjouissant dédain de l’oseille pour l’oseille.
Benoît NOËL

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau