3° partie : Le Fond/La Distillation des plantes aromatiques

Cet extrait du livre "L'ALAMMBIC, l'Art de la Distillation - Alcools, Parfums, Médecines" ne reproduit malheureusement les nombreuses illustrations de l'édition papier, il est possible que la clarté du texte en soit un peu affectée.

 

 La distillation des essences

histoire, techniques de distillation, les parfums, les huiles essentielles, les hydrolats.


Les parfums sont probablement les premiers extraits de l’alambic. C’est à la parfumerie que l’on doit l’art de la distillation : la distillation des essences (également appelées huiles essentielles, ou huiles volatiles) ainsi que récemment en Occident, l’aromathérapie elle-même.

L’aromathérapie française dépend d’ailleurs encore de nos jours de la parfumerie au niveau de la réglementation.
Cette particularité lui permet d’échapper à la législation jalouse de l’ordre des pharmaciens ainsi que, dans une certaine mesure, à l’administration des douanes (les distillateurs de plantes doivent déclarer la possession et le déplacement des alambics, sans être tenus aux contrôles permanents de la production et sans être obligé d’être en activité au niveau professionnel comme les distillateurs d’alcools).

Les hydrolats (également appelés eaux distillées de plantes ou encore, parfois improprement, eaux florales) sont plus anciens que les huiles essentielles bien qu’ils sortent en général du même alambic. Ils  sont issus de la pharmacie, qui les range entre les tisanes et les macérations.
Bien que certains hydrolats soient inodores, les préparations médicinales à bases d’hydrolats sont maintenant associées à l’aromathérapie.

La distillation des huiles essentielles se pratique depuis longtemps et sert à la parfumerie et l’industrie alimentaire, elle s’est beaucoup enrichie à la naissance de l’aromathérapie moderne qui démarre chez nous avec le parfumeur et chimiste René Maurice Gattefossé en 1928 (Aromathérapie, bibliographie).

Voyons maintenant la pratique détaillée de la distillation des huiles essentielles et des hydrolats dans le contexte de l’aromathérapie.
 
a. Les plantes

Les plantes sont choisies pour leurs qualités aromatiques, ou simplement médicinales (certaines plantes ne produisent pas d’huiles essentielles mais leurs hydrolats sont quand même employés pour la santé).
Certaines plantes sont distillées de préférences fraîches (lavande, hélichryse) alors que d’autres (genévrier, laurier noble) semblent avoir un meilleur rendement après un court séchage, chaque distillateur a sa préférence à ce sujet.
La récolte des végétaux doit se faire de préférence lors d’une journée ensoleillée : l’énergie de la plante est meilleure, mais pour les fleurs, chacune a son heure privilégiée pour l’expression de son parfum.
En général, les branches ou le bois sont broyés avant la distillation. Le broyeur est, de l’avis quasi général, un outil indispensable au distillateur de plantes. Les plantes doivent être disposées avec soin dans l’alambic.

Dans le cadre de mes travaux spagyriques, lorsque je distillais à sec (sans eau d’entraînement) des graines de carvi, j’avais l’habitude de les congeler avant la distillation (le changement brutal d’état solide à gazeux est une forme de sublimation). Ce procédé particulier est donné ici à titre d’information : dans le cadre de l’aromathérapie, il n’est pas d’une très grande utilité.

b. les alambics

Le principe de distillation des plantes réside dans l’extraction des parties volatiles entraînées par la vapeur d’eau.

La marmite et la chaudière :
Il y a deux principaux systèmes : le plus simple est composé d’une marmite contenant de l’eau au fond, les plantes sont en général posées sur une grille disposée un peu au-dessus de celle-ci, de façon à ce qu’elles ne baignent pas. Le chapiteau, le col-de-cygne et le réfrigérant sont ajustés à cette marmite comme pour une distillation simple d’alcool. Les petits alambics possédant une “colonne” surmontant la marmite (qui n’est pas la colonne de rectification pour l’alcool mais une simple chambre destinée à recevoir les plantes) permettent ainsi la distillation de la plupart des plantes pour un usage personnel.

Le second système prévoit une chaudière indépendante avec une injection de la vapeur plus ou moins sous pression dans la marmite (l’avantage de la pression peut apporter un gain de temps mais peut, selon des plantes, être au détriment de la qualité). Les plantes qui sont posées sur une grille disposée au fond permettant la diffusion de la vapeur peuvent remplir toute la marmite.
Cet équipement a l’avantage de permettre une distillation plus longue : on n’est pas limité par la quantité d’eau contenue au fond de la marmite du premier système, ce qui peut être très utile pour certaines plantes qui demandent une distillation très longue pour être complète (la longueur de la distillation des plantes ne dépend pas, comme pour l’alcool, de la quantité de matière à distiller mais de la nature des plantes).

Il existe une variante moderne de cet alambic avec chaudière indépendante appelé hydrodiffuseur : comme dans un percolateur, la vapeur est injectée par-dessus les plantes, le distillat est condensé par un système réfrigérant placé sous la marmite.

Cette façon de disposer les plantes au-dessus de l’eau plutôt que baignant dedans est récente : Dorvault et tous les anciens mettent la matière à distiller dans l’eau. Cette manière ancienne s’est parfois conservée pour les hydrolats (eau de rose, hydrolats spagyriques), ou même pour les essences comme on peut encore le voir par exemple en Inde.

Le col-de-cygne et le réfrigérant sont en général identiques aux alambics simples pour l’alcool (discontinus et à repasse), ils doivent faciliter le passage et la condensation des vapeurs, sans reflux.
A la sortie du réfrigérant, le distillat n’est pas recueilli dans une éprouvette comme pour l’eau-de-vie mais coule dans une sorte d’entonnoir en forme d’assiette plate qui permet de bien voir les différentes phases de la distillation en fonction de l’apparence des essences. Cet entonnoir débouche sur l’essencier, appelé aussi vase florentin qui permet la séparation des essences et de l’hydrolat. Ces deux éléments peuvent être en inox, ce qui facilite, pour l’assiette (l’entonnoir) l’observation du distillat en cours d’opération.

Inox vs. Cuivre :
Les alambics traditionnels sont en cuivre, comme ceux qui sont destinés à la distillation des eaux-de-vie (c’était, au départ, plus ou moins les mêmes), c’est un matériau bon conducteur et facile à travailler mais il existe actuellement une certaine vogue pour l’utilisation de l’inox en remplacement du métal de Vénus.
Je ne suis pas absolument convaincu du bien fondé de ce choix pour cet alliage, assez mauvais conducteur au demeurant, qui ne se justifie que par ses qualités inoxydables, son aspect immaculé, et une solidité supérieure à celle du cuivre (ce qui est quand même très utile pour les alambics à pression ou équipés de systèmes sous vide).
Les partisans de l’inox reprochent au cuivre une contamination du métal dans les essences mais je n’ai jamais vu d’analyses prouvant soit cette contamination par le cuivre, soit une absence de contamination par l’inox qui est un alliage récent que l’on n’a pas, à mon avis, assez étudié pour avoir un avis aussi tranché sur son soi-disant caractère inoffensif (l’inox contient quand même du nickel et du chrome).
Ce que je sais, c’est que ce choix nouveau est à étudier plus sérieusement avant d’être adopté : d’une part, le cuivre est utilisé depuis trop longtemps pour qu’il puisse avoir créé des nuisances que l’on n’aurait pas notoirement cherché à supprimer, d’autre part, les huiles essentielles distillées dans l’inox ne sont manifestement pas qualitativement supérieures aux essences traditionnelles. De plus, il existe un sous-produit de la distillation dans le cuivre qui mérite d’être remarqué et qui n’est pas isolé par les alambics en inox, c’est la crape (the crap : le résidu en anglais), sorte de lie que l’on trouve parfois sous l’huile dans l’essencier, elle est épaisse et peu aromatique et il reste à en étudier les propriétés.
Le problème que pose parfois la distillation dans le cuivre est une coloration de certaines huiles, phénomène inconnu avec l’inox. Cette coloration n’est pas un inconvénient pour l’aromathérapie mais peut être gênante dans la parfumerie.
Je propose donc aux tenants de l’alambic en inox de plus approfondir les qualités du nouveau métal avant de trop vivement chercher à l’imposer au détriment d’une tradition encore vivante. Personnellement, de même que j’ai préféré ne pas remplacer ma vieille poêle en acier par une nouvelle toute moderne en téflon, je préfère attendre encore un peu avant de jeter mes marmites en cuivre…
Enfin, s’il reste possible d’acquérir actuellement à un prix raisonnable un alambic neuf ou d’occasion en cuivre, il n’est pas forcément envisageable d’acheter ou de faire fabriquer un appareil neuf en inox, sinon dans un cadre industriel.
Alors soyons prudents parce qu’aujourd’hui les normes pour interdire de danser en rond poussent comme des champignons !

Rappelons pour finir, que les agriculteurs biodynamiques (du label Déméter par exemple) refusent tout simplement d’employer l’inox parce que c’est un matériau mort.


c. L’eau

L’eau qui sert à la distillation des plantes doit être, comme celles-ci : pure et naturelle. Une eau de source ou de forage est évidemment préférable à une eau potable de réseau dont les traitements divers sont toujours à éviter, même les plus modernes (c’est-à-dire ceux qui n’ont pas eu le temps de révéler leurs vices).
Les principaux problèmes d’une eau sauvage sont le calcaire et l’activité bactérienne, tous deux éliminés par la distillation. Les problèmes dus à la pollution agricole (nitrates ou pesticides) sont malheureusement plus problématiques.
Avoir une bonne eau devient un privilège rare et précieux…

d. La distillation

Comme l’alcool, les huiles essentielles sont composées de plusieurs éléments qui passent les uns après les autres.
En revanche, la distillation de chaque espèce demande un temps de chauffe défini qui est indépendant de la quantité à distiller. Par exemple, le genévrier a besoin de 4 heures pour que son essence soit complète, que l’on distille 200 ou 800 litres de plantes. Cette durée est quand même relative au genre de matériel que l’on utilise, ainsi qu’à sa technique et son choix personnel : les distillateurs ont tous des habitudes différentes : certains distillent long, d’autres plus court. Pour certaines plantes, beaucoup marquent une pause au milieu de la distillation ce qui laisse le temps à la vapeur de mieux imbiber la fibre, ou permet la transformation chimique de certains éléments aromatiques (“Certains éléments ne préexistent pas dans les végétaux et ne se forment qu’au moment de la déchirure des vaisseaux où ils sont contenus isolément sous l’influence de l’eau, soit de végétation, soit d’intervention [c’est-à-dire la distillation]” Dorvault, p. 549 bibliographie).
Il faut donc connaître les caractéristiques établies de la distillation particulière à chaque plante, et surtout, il faut observer ce qui coule dans l’assiette à la sortie du réfrigérant : les différentes huiles qui se suivent doivent être identifiées de même que le bouilleur de cru doit reconnaitre les différents alcools. On emploie d’ailleurs les mêmes termes de têtes et de queues pour les coulées du début et de la fin de la distillation des huiles essentielles.

Le distillat qui coule est composé des huiles essentielles (insolubles dans l’eau) surnageant l’eau de la distillation laquelle reste chargée des principes solubles : l’hydrolat. Hormis le cas de quelques plantes comme la cannelle qui donnent une huile particulièrement lourde, les huiles essentielles sont plus légères que l’hydrolat et restent dans l’essencier alors que celui-ci est évacué par une sortie placée au bas du vase.

Au contraire de l’hydrolat qui ne manque jamais, la quantité d’huile essentielle peut être très réduite, cela diffère largement d’une plante à l’autre.
Les alambics à chaudière indépendante ne permettent en général pas la réinjection des hydrolats dans la distillation, ce qui se pratiquait pourtant autrefois pour renforcer le distillat (voir également plus bas l’article La distillation en Inde). Dorvault indique ce procédé de cohobation pour l’élaboration des eaux distillées médicinales (dites alors doubles).

Les alambics les plus simples peuvent, comme je l’ai suggéré au début de ce chapitre, servir à la distillation des essences de plantes au cours de l’été ou à l’automne pour ensuite, l’hiver approchant, être consacrés à celle des eaux-de-vie.
Le problème qui se pose souvent est que les huiles essentielles laissent des traces de parfums que l’on retrouvera dans l’alcool : c’est fâcheux car la goutte supporte très mal ces arômes de garrigue ou de prairie ! Le nettoyage de la tuyauterie à la vapeur est rarement suffisant et il faut recourir à une distillation de pariétaire avant de passer aux alcools, qui suffit, paraît-il, pour enlever les odeurs de lavande ou de romarin (c’est une pratique traditionnelle des alpes que je n’ai pas moi-même vérifiée).
De toute façon, je ne conseille pas l’utilisation du même alambic pour ces deux types de travaux aux odeurs aussi puissantes que différentes (et dont la réglementation est assez stricte !).


e. Récupération et conservation des huiles essentielles.

L’essencier contient les huiles qui surnagent l’hydrolat (dans le cas de petites distillations maisons, il faut bien veiller à la propreté du récipient dont les parois, si elles ne sont pas absolument propres et lisses, peuvent retenir les huiles qui restent mélangées à l’hydrolat).
Il faut les séparer et les conserver 24 heures dans un flacon non hermétiquement fermé pour une légère aération. On peut ensuite les filtrer avec un cône de papier pour ensuite les enfermer à l’obscurité.
Leur odeur évolue souvent un peu au cours des premiers jours (en général, les essences distillées dans un alambic en cuivre sentent rapidement bon). Les huiles essentielles produites par la distillation se conservent ainsi 2 ou 3 ans, parfois plus selon leur espèce.
Sous l’huile de certaines plantes, flottant sur l’hydrolat, on trouve parfois une lie : la crape, qui doit être isolée. Je n’en connais pas encore l’usage mais il est possible, si l’on s’attelle un tant soit peu à son étude, que cette boue aujourd’hui insignifiante se révèle avoir des qualités précieuses.

Les hydrolats sont connus depuis longtemps, et ont divers usages. Ils s’altèrent rapidement et il est préférable de les utiliser dans l’année : ils ont l’inconvénient de parfois développer des matières floconneuses (ce sont des algues du genre hydrocrocis d’après Dorvault) que l’on peut simplement filtrer si l’odeur n’indique pas d’altération du liquide lui-même. Ces filaments blanchâtres n’apparaissent pas dans les hydrolats qui contiennent beaucoup d’essences (certaines petites distillations qui ne permettent pas une bonne séparation de celles-ci en contiennent souvent et leur présence préserve le liquide par leurs qualités antiseptiques).
Il semble que les hydrolats produits dans des alambics en inox se conservent moins bien que ceux issus d’appareils traditionnels. Enfin, le manque de propreté d’un l’alambic peut être une cause d’altération des hydrolats.

Dans le cas de petites distillations amateurs, pour augmenter la quantité d’huile essentielle d’une plante qui en contient peu, on peut rajouter au distillat une certaine quantité (jusqu’à saturation) de chlorure de sodium. Le sel de cuisine a la propriété, apparemment due à la présence d’ions (Na+ et Cl-), de diminuer la solubilité des huiles essentielles et augmente légèrement le rendement. Un seul problème : l’huile essentielle ainsi obtenue sera salée, ce qui en diminue singulièrement l’intérêt…

Distillation maison des Hydrolats

La distillation des eaux de rose et de fleurs d’oranger est très fréquente en Afrique du nord. Les petits alambics utilisés par les particuliers permettent rarement une bonne extraction des huiles essentielles mais sont très simples d’emploi et l’on peut faire chez soi son hydrolat comme on ferait son café.

J’utilise un petit appareil de ce type pour distiller dans ma cuisine mon romarin, thym, laurier, et diverses fleurs… Ces préparations servent à la confection de sirops (boissons ou médicinaux), de lotions ou d’eaux pour la peau ou le bain, ou même simplement d’essais de nouvelles plantes.

Dans ces appareils, les plantes sont séparées de l’eau en ébullition par une grille, comme c’est le cas des alambics étudiés plus haut. Les eaux de roses ou de fleurs d’orangers se distillent pourtant traditionnellement en posant les pétales frais à la surface même de l’eau. Les vieilles recettes d’eaux de plantes donnaient autrefois ce procédé, Dorvault cite la laitue en fleur, la bourrache, le plantain, ou la pariétaire (qui ne sont d’ailleurs pas des plantes aromatiques).
Faut-il mettre les plantes dans l’eau comme les anciens, ou poser sur une grille au-dessus de celle-ci ?
 J’ai comparé ces deux types de distillation en distillant de petites quantités de fleurs de romarin (entre 1 et 50 kg.) dans mon distillateur de cuisine marocain, ou avec un alambic en cuivre à feu nu selon ces deux méthodes : chaque fois les distillats obtenus avec les plantes plongées dans l’eau étaient plus forts, mais moins fins, que ceux que j’ai obtenus en distillant à la vapeur, ces derniers contenant plus d’huile surnageant l’hydrolat. De plus, ces huiles distillées à la vapeur demandent moins de temps pour se clarifier, détail apprécié des parfumeurs.
Mes expériences isolées n’ont pas pour but de trancher de la supériorité de l’un de ces deux procédés sur l’autre, assez proches somme toute. Elles indiquent quand même que l’immersion des plantes peut très bien convenir à la préparation d’hydrolats (à la maison, dans un alambic trop petit pour pouvoir y disposer une grille par exemple), alors que la distillation à la vapeur est plus appropriée à la production des essences.

Commentaires (99)

1. hamchi 16/12/2011

je suis très intéressé de faire un projet sur la phytothérapie parce que je suis un botaniste un connaisseur des plantes utilitaires et je souhaite de faire des échange au ce domaine merci

2. hamchi 16/12/2011

je suis intéresse de faire de contact avec les phytothérapie
merci

3. Damien 19/12/2011

Bonjour et merci pour ce site.
Conecernant l alambic: le procede de distillation par entrainement a vapeur donne il des huiles de meilleure qualite ou augmente t il le rendement ?

Aussi, est ce qu un alambic dit a colonne correspont a une distilation type classique (melange des plantes a l'eau), avec grille grille (separation entre l eau et les plantes) ou entrainement vapeur ?

Merci beaucoup

Le 20/01/2012

Bonjour, L'entrainement à la vapeur est un procédé qui permet un meilleur contrôle de la distillation, et souvent une meilleure extraction des HE. mais pas pour toutes… Avec un alambic "à colonne" au sens employé par les marchands espagnols permet de placer les plantes au dessus de l'eau (vapeur sans pression), ou dans l'eau. C'est une très bonne solution pour l'amateur (ces alambics sont plutôt de petite taille). (désolé pour le délai pour la réponse : votre commentaire m'avait échappé). Matthieu

4. severine (site web) 03/02/2012

bonsoir,
votre site est bien élaboré mais étant productrice d'huile essentielle de lavande fine je tiens à vous informer que la lavande doit être séchée avant la distillation ceci pour des raisons de modification du produit fini. Si il y a trop d'humidité dans la plante lors de la distillation cela augmente la teneur en coumarines de l'He qui sont des molécules très actives (photosensibilisantes notamment).bonne soirée

5. Matthieu 03/02/2012

Merci pour ce rappel et cette précision !
Je suis d'ailleurs en train de préparer un terrain pour planter de l'aspic…

6. serge 09/02/2012

Bonjour et merci pour ce site.
je suis Madagascar je suis productrice d'huile essentielle de feuille et griffe de girofle .

Le 10/02/2012

Bonjour, Voudriez-vous nous envoyer quelques photos de votre installation, avec une description de votre travail, histoire de nous donner envie… ? Merci Matthieu (alcoollege-livre@yahoo.fr)

7. Helmut 01/03/2012

Bonjour et bravo pour votre site et vos textes. En ce qui me concerne, je suis distillateur d'huile essentielle ambulant dans le 73 et 74. Je me déplace avec plusieurs petits alambics chez les particuliers pour leur faire avec leur plantes de huile essentielle et de l'eau florale. En le faisant direct chez les gens ils savent d'ou provient leur H-E. (mes alambics sont déclaré en douanes et tous mes déplacements aussi)
Amicalement H.

8. narjès (site web) 11/04/2012

bonjour et merci pour ce site,je suis tunisienne et je fabrique traditionnellement mon eau de fleur de bigaradier.je proportionne au hasard eau et fleurs: 3ou 4 litres pour 3kg pour obtenir 2l d'hydrolat(ma consommation annuelle). pourriez vous s.v.p les proportions exactes.
thisw

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 11/04/2012

Bonjour, Quelle chance de distiller du bigaradier ! Je n'en n'ai jamais distillé, et je ne connais pas les proportions. À vue de nez, je mettrais un peu plus d'eau, mais vous devez savoir si votre hydrolat est bon ou non… Avec quel type d'alambic distillez vous ?

9. lisa 18/04/2012

bonjour,
je souhaite faire un parfum avec des roses ou de la lavande; puis-je mettre de l'alcool dans la partie basse, et les plantes dessus ? l'odeur sera t'elle restituée ? merci

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 22/04/2012

Bonjour Lisa, En général, les parfums se font en diluant des huiles essentielles dans l'alcool, et non pas en distillant des plantes aromatiques dans l'alcool. Mais vous devez expérimenter selon vos idées. Le problème qui va probablement se poser, c'est que vous n'obtiendrez pas la concentration souhaitée. Essayez, et tenez-nous au courant ! Matthieu

10. meiggie 22/04/2012

bonjour
je suis étudiante en production horticole, j'ai effectué un stage en plantes médicinales et mon maitre de stage faisait sécher les feuilles avant de les distiller.
j'aimerais savoir la différence entre une distillation avec feuilles fraiches et sèches.
merci

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 22/04/2012

Bonjour Meiggie, Certaines plantes doivent être séchées avant distillation, pour des raisons diverses (pour concentrer les parties aromatiques ou pour laisser certains composants indésirables s'évaporer - comme la lavande), d'autres doivent être distillées fraiches, comme les fleurs par exemple. De plus, comme vous l'avez lu dans mon bouquin, chaque distillateur a ses préférences… Matthieu

11. mire 04/05/2012

bonjour,
j'ai acheté un essencier en cuivre, mais à chaque fois,j'ai toujours l'odeur de l'hydrolat précédent...l'odeur de la lavande par exemple; j'ai ainsi gâché l'odeur de l'hydrolat de roses que je distillais ensuite...comment nettoyer (faire partir l'odeur)d'un alambic en cuivre ? merci

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 07/05/2012

Bonjour, En effet, le nettoyage de l'alambic est difficile. Il vaut mieux distiller la rose avant la lavande ! ceci dit,je ne connais pas la taille de votre alambic, mais la rose demande un certain volume pour obtenir un résultat palpable. N'hésitez pas à distiller de la vapeur d'eau, le réfrigérant à sec, pour bien nettoyer la tuyauterie. J'ai entendu parler de distillation de pariétaire pour nettoyer, mais je n'ai jamais essayé. Bon courage ! Matthieu

12. auroux jean marie 14/05/2012

bonjour,
je souhaite connaitre le processus de distillation de la badiane, temps de chauffe, temps par rapport au poids de fleurs séche et tout le reste.
merci beaucoup de me répondre...
cordialement
jma

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 14/05/2012

Bonjour, Essayez de poser votre question sur le petit forum de ce site… Merci Matthieu

13. guidoni jean louis 19/05/2012

bonjour
je voudrais acheter un alambic pour faire moi méme des he . j'ai trouvais un vendeur au prtugal fait il passer par les douanzs pour le recevoir merci

14. gominette 20/06/2012

bonjour,
merci pour votre site, je cherchais désespérément un appui. Je distille de la lavande fine sauvage depuis 3 ans dans un vieux alambique de 100L, je veux maintenant distiller par moi même et différentes plantes, j'ai donc acheté un alambique neuf de 30L en cuivre en espagne: mais les pièces ne sont pas encore hermétiques entre elles, savez vous quel est la première démarche à faire avant une première distillation? J'ai aussi un autre petit souci je n'ai pas d' essencier, y a t il une autre façon de récupérer huile et l'hydrolat? merci

15. Matthieu 20/06/2012

Bonjour,
Les joints se font souvent avec de la farine, ou de la cendre (vous pouvez lire ou relire mon livre ). Si vous n'avez pas d'essencier, il est possible d'en faire faire un par un artisan (voyez sur le blog l'article sur le musée de la lavande de Manu della Favera qui en montre un en détail), ou, pour les petites quantités (pour votre alambic de 30 litres), recueillir l'HE avec une pipette…
Sinon, n'hésitez pas à bien faire bouillir de l'eau (le réfrigérant à sec) pour que la vapeur nettoie bien le cuivre et les soudures.
Bon courage !

16. hamadi 28/08/2012

bonjour,à tous je suis intéressé de faire un projet d'extraire l'H.E des ROMARINS et le THYM en Tunisie dans une région ou ces plantes poussent sauvage dans les montagnes 100/100 bio ,je possède un grand terrain avec tout les moyens nécessaires(eau+électricité,route) et un bon potentiel humain pour la récolte de ces plantes j'ai besoins des connaissances technique dans la distillation de ces 2 plantes.
et touts les conseils utiles .et les moyens nécessaire pour réussir ce projet
mes remerciements à l'avance

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 30/08/2012

Bonjour Hamadi, Si tu ne trouves pas les infos que tu cherche sur ce blog ou dans mon livre, tu peux encore demander conseil à "plantesetnomades" qui s'y connait bien en matière de distillation en Afrique du nord. Matthieu

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 30/08/2012

Bonjour Hamadi, Si tu ne trouves pas les infos que tu cherche sur ce blog ou dans mon livre, tu peux encore demander conseil à "plantesetnomades" qui s'y connait bien en matière de distillation en Afrique du nord. Matthieu

17. rabel 09/09/2012

bonjour l'alambic
j'ai lue le récit de vos experiences, je possède une petite plantation de fleur de safran, j'extrais uniquement les pistils , les fleurs et leurs pétales sont jetées, j'aimerai faire la distillation de celles ci, pour extraire les essences, et les conserver comme l'eau de rose, et l'oranger, votre conseille me sera très utile, merci infiniment.

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 09/09/2012

Bonjour Rabel, Les fleurs se distillent en général dans l'eau, environ 6 à 10 fois le poids des fleurs. Distillez lentement, comme les roses (voyez l'article sur la distillation des roses sur le blog). Je suis curieux de savoir ce que donne l'hydrolat de safran… à bientôt Matthieu

18. lhommede 05/11/2012

bonjour et bravo pour votre site. j'envisage de me lancer dans la production d'HE diverses pourriez vous me conseiller un livre qui iNDIQUE les quantités de plantes pour obtenir tels quantité d'HE. En effet je suis bien renseignée sur les plantes et et les méthodes de distillation mais j'ai du mal avec les qantités de plantes à faire pousser pour un projet viable

19. lhommede 05/11/2012

bjr et bravo pour votre site. Pourriez vous me renseigner si il existe un site ou un livre qui indique que tant de kg de fleurs donne tant HE car je suis un peu perdu
Merci

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 05/11/2012

Bonjour, Je ne connais pas de tel livre, d'autant que les rendements varient beaucoup selon un tas de critères. Vous pouvez essayer de vous renseigner auprès des distillateurs de votre région, ou bien en contactant le syndicat SIMPLES (lien depuis ce site). Personnellement, je commencerais à m'intéresser à une ou des plantes que j'ai envie d'avoir dans ma région, ça cible mieux la question. Bien à vous, Matthieu

20. Tsiresy 12/11/2012

Salut Serge,
Je viens de Madagascar aussi mais actuellement je suis en France.
Je suis intéressé par votre produit.
Voici mon mail : tsiresy.ranja@live.fr
Merci
A bientôt

21. fatima zahra elgrah 18/11/2012

MERCI POUR TOUTES CES INFO INTÉRESSANTES :)
svp j'ai besoin d'une information très importante concernant les gaz volatiles dites explosifs pendant la distillation qu'ils doivent être évacués à travers des canaux, où ils doivent se mettre, à quel hauteur, quels sont les conditions d'installation d'un alambic qui traite des grande quantité? est ce que c'est à l'air libre?
répondez moi SVP

22. William 25/11/2012

Bonjour très intéressé par les commentaire des utilisateurs , quelqu'un a t il une expérience sur HÉ du jasmin
Merci du retour

23. EL Hachoumi 28/11/2012

je cherche de mettre en place une unité de distillation de thym, et je voudrais savoir les fournisseurs de ces unités et les société acheteurs de produit de distillation dans le MAroc

24. Marielle PAQUET 04/12/2012

Bonjour Matthieu,
Je souhaite échanger avec Helmut qui a envoyé un mail en mars 2012 - il n'a pas laissé d'adresse - y-a-t-il un moyen de le joindre en Savoie ?
Merci Matthieu
Marielle Paquet
Saint Pierre La Bourlhonne
village perdu des Monts du Forez

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 04/12/2012

Bonjour Marielle, Je ne sais rien de plus que vous sur Helmut… Désolé. Matthieu

25. Nacer 14/12/2012

Bonjour je suis interessé par la distillation des huiles essneciel pouvez vous m'envoyer un schema simple pour fabriquer mon alambic.
merci.

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 14/12/2012

Bonjour, Votre question est un peu vague, de plus vous êtes sur une page de commentaires. Ce site a un petit forum et une page "questions fréquentes", et pas mal d'infos disséminées où vous trouverez certainement les données qui vous manquent. Consultez les pages du livre que je donne en lecture gratuitement (sinon, vous pouvez aussi acheter le livre ;-) ). Bon courage ! Matthieu

26. Chauvet Jean Marie 26/02/2013

Je possède un alambic en cuivre de mon grand père (alambic Eysséric) qui sevait pour distiller la lavande fine. J'aimerais le remettre en servic pour distiller du thym, (1ha en culture) Qu'en pensez vous? Cordialement

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 26/02/2013

C'est une excellente idée ! l'alambic devrait correspondre très bien. Pour être tout-à-fait dans les clous, il vous faut faire cela dans le cadre d'une exploitation (agricole ou autre). Il faut que ce soit une activité professionnelle, même secondaire, si possible, comportant le but "de culture et transformation de plantes aromatiques et médicinales". Sinon, je pense que ne pas être dans les clous est une solution provisoire acceptable pour démarrer (mais je ne suis pas douanier pour donner des conseils comme ça). En tous cas, il est bien clair qu'un alambic qui distille du thym ne peut pas distiller d'alcool : le goût du thym est trop fort et l'appareil ne peut pas être nettoyé pas suffisamment bien. Regardez dans ce site la partie consacrée à Manu Dalla Favera, collectionneur d'alambics à lavande : il y aura sans doute des photos d'alambics ressemblant au vôtre.

27. sandrinette 03/03/2013

Bonjour
Je ne sais comment choisir la taille de mon alambic pour la fabrication des huiles essentielles et je voudrais obtenir 1 litre HE environ à chaque fournée...Merci de m'éclairer svp

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 04/03/2013

Bonjour Sandrinette, Vu comme votre question est vague, il semble que vous ayez des notions vraiment vagues sur la distillation. Je ne peux mieux faire que de vous renvoyer sur les pages de ce site qui traite de la question, ou bien de lire mon livre. N'hésitez pas à redemander lorsque vos projets seront plus précis. De plus, ce n'est absolument pas l'endroit pour poser une question comme ça dans cette page : voyez le forum, ou "me contacter" (essayons de garder ce site un peu rangé sinon on ne va plus s'y retrouver !). Merci. Matthieu

28. wagner michel 21/06/2013

Bonjour, votre site est bien fait et il est facilement accessible,bravo et merci je suis a Madagascar et je voudrais avoir un maximum d'info sur la distillation du vétiver, faut il nécessairement un alambique a pression, comment résoudre le problème lier a la distillation qui produit une huile bizarre, j'ai entendu dire qu'il fallait utiliser du sel si oui a quel moment et comment l'introduire, quel influence a le sel sur l'huile essentielle? A vous lire cher Matthieu

29. Matthieu 21/06/2013

Bonjour Michel,
Je ne connai malheureusement rien à la distillation du vétiver… J'attends donc que vous nous rapportiez votre expérience quand vous en aurez acquise !
En attendant, il y a un petit forum sur ce site qui sera plus adapté à votre question.
Bien cordialement

30. Carol Mercado 31/08/2013

Est-ce que je peux me server d'Alambic de table demi litre pour faire moi-meme des huiles essentelles et sans avoir la pression de duane?
Carol

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 31/08/2013

Bonjour Carol, Vous trouverez les réponses à vos questions dans la partie "questions fréquentes" de ce site, sur les douanes et sur l'improbabilité d'obtenir des HE avec un alambic d'1/2 litre. Ici, ce n'est pas vraiment l'endroit : c'est plutôt un lieu de commentaires. Merci Mathieu

31. aina 03/10/2013

bonjour! je voudrais savoir la construction d'une appareil de distillation nécessite l'intervention d'un spécialiste, et pouvez vous me donnez avec précision les matériels nécessaire pour le fabriquer? MERCI D'AVANCE.

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 03/10/2013

Bonjour, Il y a des réponses à votre question ici : http://www.devenir-distillateur.com/pages/lire-des-extraits-de-l-alambic/4-partie-appendices-posseder-un-alambic-extrait-du-code-general-des-impots.html Bon courage ! Matthieu

32. benotmane 11/10/2013

Salut Narjès, SVP veuillez me donner une idée sur la distillation traditionnelle pour la fabrication de l'eau de fleur .Merci d'avance
mon émail : benotmane_bena@yahoo.fr

33. Simone 20/10/2013

Bonjour
...Site exhaustif qui transmet votre expertise et votre passion......
Mon fils voudrait s'impliquer dans l'extraction d'huiles essentielles d'agrumes (citrons et oranges)
Pourriez-vous nous aider avec vos conseils?
Lena

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 20/10/2013

Bonjour Lena, Peut-être que la première chose à faire est de poser vos question à un endroit plus adapté qu'ici, parce que ici, vous êtes sur les commentaires d'une page du site… Merci!

34. Mohamed BEN ALI 08/11/2013

Bonjour,
je veux acheter un alambic pour extraire l'HE de lavande. connaissez vous des vendeur en France ou en Belgique. comment faire le choix de ces appareils?
Merci
Mohamed

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 08/11/2013

Bonjour Mohamed, La réponse à votre question se trouve dans ma réponse à Lena, juste avant votre post. Merci. Matthieu

35. monia manai 22/11/2013

bonsoir
je suis formatrice en distillation des plantes aromatiques en Tunisie je travaille avec des associations

36. ezzeddine 30/11/2013

j'habite dans la montagne, et suis très intéressé par un contact d'un connaisseur de distillation des plantes aromatique. je suis encore amateur avec du matériel débutant. désire acheter aussi du matériel professonel

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 30/11/2013

Bonjour, Vous êtes gentils tous avec vos petites annonces, mais ici, c'est un espace de commentaires, pas d'annonces. Sur ce site, il y a un forum qui peut recevoir et transmettre vos demandes, sinon, vous pouvez aussi m'écrire directement ("me contacter") pour que je réponde et fasse suivre. Merci de respecter ce site d'échange de connaissances. Amicalement Matthieu

37. raouen 14/01/2014

Merci pour ces informations utiles et j'aimerai avoir beaucoup plus d'information car j'aimerai faire un projet pour l'extraction des huiles et des hydrolats. Merci pour me repondre.

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 14/01/2014

Bonjour Raouen, "Cherchez et vous trouverez" comme disait le vieux Bach dans son Offrande Musicale… Ici, c'est un espace de commentaires. Bon courage ! Matthieu

38. BONVIN Francois 30/01/2014

Je suis en train d';etudier la possibilité de faire des parfums au Nicaragua, en utilisant les fleurs et les fruits nationaux.
Votre article m'abeaucoup aidé. J'hésitais entre alambic inox et cuivre.

39. BONVIN Francois 30/01/2014

J'ai une question. Ici le jasmin est la fleur nationale et il y en a pas mal.
Peut-t-on le distiller ? J'ai vu sur certains site qu'il y avait certans constructeurs d'alambic qui disaient toutes les fleurs, sauf le jasmin
.Qu'en est-il vraiment ?

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 30/01/2014

Bonjour François, Je pense que l'on ne distille pas industriellement le jasmin par hydro-distillation pour faire l'HE qui est aussi rare que la rose. On préfère sans doute l'extraction à l'hexane pour faire un absolu. Mais je crois savoir que l'on distille la fleur de jasmin en Afrique du Nord pour faire un hydrolat, encore une fois, comme la rose. Il est donc question de choix dus à la rentabilité et non à la possibilité technique de produire l'HE.

40. BONVIN Francois 31/01/2014

Merci pour votre réponse. Autre question. Le Nicaragua est gros producteur de mangues. J'attendrai le récit de votre expérience avec la mangue, pour voir....

41. abir 30/03/2014

Que peut-on obtenire en dis tillant la peau des fruits de cactus

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 30/03/2014

Bonjour, Je dois vous avouer que j'ai hâte de le savoir :-) Matthieu

42. akilam 21/04/2014

interessée par l'extraction des huiles essentielles je desire des photos des installations extraction à vapeur .Amicalement

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 24/04/2014

Bonjour Akilam, Cherchez dans le site qui contient tout ce que je sais et réservez l'espace commentaires pour les commentaires, et les questions à la page "me contacter" merci. Matthieu

43. abdel 12/05/2014

Bonjour
je vous remerci pour toute les information ;voila j habite la valle des rose au maroc je veu bien invistire dans la distilation de la rose et d autre plantes ici j ai pas oncore de l experience

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 13/05/2014

Bonjour Abdel, Mon ami Michel Thouzery (http://plantesetnomades.wordpress.com/) vous dira tout ce que vous voulez savoir. Bon courage ! Matthieu

44. touati noureddine 12/05/2014

bonsoir
merci pour toutes ces informations,je veux savoir svp le temps
naissesaire pour la distillation du romarins (rosmarinus officinalus) et le prix de son huile dans le marche mondial

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 13/05/2014

Bonjour Noureddine, Le temps dépend de la technique et du matériel choisi. Ce n'est pas difficile de trouver ce qu'il convient par expérience. Le marché mondial, je ne connais pas. Bonne continuation Matthieu

45. HAVET 16/08/2014

bonjour ou je peu acheter un alembic pour faire des huiles essentielle si MATHIEU peu avoir la gentillesse de me répondre merci

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 22/08/2014

Bonjour Havet, Votre question est trop vaste pour que l'on puisse y répondre. Mais en fouillant sur le site ("questions fréquentes" par exemple), vous trouverez bien quelques réponses… Bonne recherche ! Matthieu

46. Emy 30/08/2014

Bonjour,
C'est très intéressant ce petit paragraphe sur la distillation cela m'a beaucoup aidé. Cependant, j'aimerai attirer votre attention sur un point: On ajoute le sel (NaCl) à l'hydrolat et non pas aux huiles essentielles mais plutôt on ajoute du sulfate de sodium anhydre à ces dernières.

En effet, j'aimerai savoir la quantité de sel exacte qu'il faudra ajouter à l'hydrolat pour ainsi séparer les traces d'huiles essentielles qui y sont restées et combien de temps on doit attendre avant de voir la séparation des 2 phases. Après cette opération, est ce que l'huile essentielles recueillie sera utilisable?

Merci d'avance pour votre réponse :)

alambic-de-matthieu

alambic-de-matthieu Le 31/08/2014

Bonjour Emy, Je ne sais pas, c'est une pratique que je ne trouve pas de grand intérêt pour nous. Essayez si vous voulez, et si vous avez des résultats intéressants, merci de les partager avec nous. Amicalement Matthieu

47. Fabienne (site web) 27/11/2014

Bonjour,
Merci pour toutes ces informations.
Que pensez-vous des distillateurs en verre de "petit chimiste" pour un usage familial ?
Cordialement, Fabienne

48. Matthieu 27/11/2014

Bonjour Fabienne,
De quels distillateurs parlez-vous ? Le matériel en verre est très utile, mais pour les hydrolats, c'est souvent petit, et fragile. Les systèmes nord-africains en cuivre ou inox sont bien préférables pour l'amateur qui n'est pas familier avec les "trains de distillations" de labo.

49. saidi hamdi 01/04/2015

De Tunisie ,je veux installer un projet de distillation de myrte et lentisque mais je sais pas ou vendre l'huile essentielle

50. Nanette 15/04/2015

Bonjour.
Je ne dispose que d'orties sèches. Je sais qu'un hydrolat de plantes fraîches serait idéal mais malheureusement....
Pensez vous que mon hydrolat d'orties sèches sera de mauvaise qualité ?
Merci infiniment.
Très bonne journée.

51. Matthieu 15/04/2015

Bonjour Nanette,
Il faut faire avec ce que l'on a, et il faut se faire une idée par l'expérience.
Je vous encourage donc à essayer, et même, puisque c'est le printemps et que les orties sont sorties, à aller en chercher des fraiches et faire des essais comparatifs !
Bonne cueillette et bonne distil !
Matthieu

52. Nanette 16/04/2015

Merci beaucoup.
Bonne journée.

53. Haerty jm 01/05/2015

combien de temps faut il pour que l eau et l huile se séparent
Merci pour vos réponses

54. Matthieu 03/05/2015

Bonjour Haerty,
Les huiles surnagent immédiatement. quelques heures de décantation peuvent suffirent à parfaire l'opération.
Essayez et vous verrez !
Amicalement
Matthieu

55. Guillaume Esaip 17/05/2015

Bonjour à tous,

Dans le cadre d'un projet industriel pour mes études, je dois réaliser une présentation sur le sujet "entraînement (distillation) à la vapeur/essence de parfum".

Les parties déchets industriels et développement durable me pose problème. Malgré mes recherches je ne trouve pas clairement les déchets produits par ce procédé et si ils sont dangereux ou non ?
De plus en terme de développement durable, c'est un procédé qui est très positif donc je n'ai pas beaucoup de choses à dire...

Si vous pouviez m'orienter dans ces 2 parties de ma présentation ce serait très gentil.

Merci

56. manuel 08/06/2015

distillant plus de 10 tonnes par ans d'huiles essentielles, seule la soude et un soufflage vapeur permet le nettoyage de l'alambic réfrigérant à sec.

57. Matthieu 08/06/2015

Bonjour Manuel,
Merci pour le tuyau (tuyau bien propre évidemment !)
Amicalement
Matthieu

58. ALAIN Francis 06/07/2015

Bonjour Matthieu, Je suis jeune retraité et suis passionné par l'horticulture, notamment les plantes médicinales et aromatiques plein-champs ou sous abris et en Normandie, par ailleurs je suis intéressé par l'obtention des hydrolats et des HE. Que me conseilles-tu pour commencer? déjà lire ton ouvrage ? faire un ou des stages relatif à la distillation....Merci de ton conseil avisé....cordialement

59. Manouni 07/11/2015

Bonjour, je voudrais me lancer dans la distillation pour Huiles essentielles à domicile, je voudrais savoir si je peux confectionner un alambic en alluminium. Merci.

60. Matthieu 09/11/2015

Bonjour Manouni,
L'aluminium n'a pas une très bonne réputation pour tout ce qui concerne la cuisine, et la distillation posera les mêmes problèmes… perso, je ne le ferais pas…
Bonne continuation de toutes façons !
Matthieu

61. GUEYE 11/11/2015

Bonjour;
Pour la production d'huile essentielle de baobab, quelle est la meilleure méthode entre l'extraction à pression et la distillation
merci

62. Matthieu 11/11/2015

Bonjour Gueye,
À vue de nez, je dirais que pour distiller le baobab il faut un gros alambic… mais à part ça, je ne sais rien de ce travail, ni de votre beau pays, malheureusement…
Bonne continuation !
Matthieu

63. daouda boube 31/12/2015

Bonjour
Je suis intéresser par la distillation et souhaite de tout coeur de faire partie de vos prochain séminaristes dans l'attente d'une suite favorable je vous prie de réservoir mes salutations les plus distinguées et vous souhaite une bonne et heureuse année
Et vous remercie d'avance.

64. Matthieu 31/12/2015

Bonjour Daouda,
Pour vous et pour ceux qui ne sont pas familiers avec la correspondance sur les sites web, merci d'envoyer vos courrier à "contact" et de garder l'espace "commentaires" des articles pour commenter.
Amicalement

65. akriche 05/08/2016

Bonjour je cherche un partenaire qui connu bien le domaine des fleurs.rose.plantes....et leurs extractions soit par l'hydrotation ou par un autre procédé merci

66. Gilles Uzès 01/12/2016

Vend Alambic distilleur marque Guillaume - Vintage - chaudron et dôme en cuivre + , chaudron basculant de 250 litres avec structure métal
chaudron remis à neuf,
condenseur et repasse pour alcools fins
et en option deuxième condenseur fabriqué plus récemment pour les huiles essentiels (six fois deux mètres de tubulures cuivre de condensation) tb efficacité en mode hydrodistillation
Gilles
Uzès Gard
Tél 06 85 16 73 29

67. GAULTIER Jean-Paul 07/12/2016

bonjour, Je cherche un alambic industriel en cuivre ou en inox pour distiller des huiles essentielles. Merci de me contacter par mail. JPG

68. Driss LEQSIR 01/06/2017

Bonjour
Je suis un entrepreneur de plantes aromatiques et médicinales au Maroc. Je procède à la distillation de plusieurs plantes, notamment, la lavande, le romarin, le thym...
Merci pour ce site qui contient des informations très intéressantes.

69. Valerie 26/10/2017

Bonjour,
pour commercialiser une eau florale 'artisanale' (quelques litres), existe t-il des restrictions et réglementations particulières?
Merci

70. Matthieu 27/10/2017

Bonjour Valérie,
Vous trouverez toutes les réponses à vos questions sur la page "questions fréquentes" de ce site. Les restrictions concernent surtout la possession, et donc l'utilisation, d'un alambic.
Mais si l'hydrolat est distillé par une distillerie (artisanale ou autre) déclarée, ce sera facile.
Bonne continuation :-)

71. morris 10/12/2017

JE SUIE DISTILLATEUR SUR MADAGASCAR

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire