Les macérats solaires

Huiles solaires de plantes

Il existe un moyen extrêmement simple d'extraire les arômes et les vertus médicinales des plantes qui ne nécessite pas d'alambic… Ce sont les macérations de plantes dans une huile végétale, macérations avec exposition au soleil.

La plus connue, depuis plusieurs millénaires, est l'huile de millepertuis (Hypericum perforatum), connue pour soigner les brûlures.
La lavande et également souvent préparée de cette manière, avec son action antiseptique, calmante.
Macération solaire de rose
Toutes les plantes médicinales peuvent être préparées de cette manière.

L'un de mes amis prépare un mélange complexe de plantes dont la base est d'ailleurs millepertuis et lavande, qui macèrent ensembles l'été au soleil. Il en fait une huile très efficace contre les brûlures et toutes les irritations de la peau. La synergie des plantes réunies dans le bocal est remarquable.

Ma préférée est, ceux qui me connaissent s'en doutent, la rose. D'ailleurs, je ne fais plus maintenant que cette huile. C'est une merveilleuse huile de massage, régénérante de la peau, j'ai même un ami guérisseur qui s'en sert comme huile d'onction pour ses soins.

Les huiles végétales ont leur importance dans le processus : l'huile classique est l'huile d'olive, qui a l'inconvénient de ne pas pénétrer facilement la peau, elle est un peu poisseuse, et a une odeur qui convient plus à la cuisine qu'à la toilette…
Personnellement, je suis plutôt porté sur la simplicité, et j'utilise un mélange d'huiles de tournesol et huile de colza. Leurs odeurs sont légères (je ne parle pas d'huiles industrielles qui ne sentent, heureusement, rien, mais d'huiles de bonne qualité, bio comme il est nécessaire aujourd'hui de le préciser). Elle sont bon marché, pénètrent bien la peau, nourrissent le cerveau (ça, ça m'est très utile !), et ne rancissent pas vite.
Et puis le tournesol, au soleil, ça semble aller de soi…
Les perfectionnistes rajouteront de l'huile de jojoba pour empêcher le rancissement, mais c'est cher… Les espagnols utiliseront l'huile d'amande douce que l'on trouve très facilement dans ce pays ensoleillé &c…

Le processus est on ne peut plus simple : On cueille la plante au moment où elle exprime le plus de parfum, on place dans l'huile, on laisse le bocal au soleil… rendez-vous à la fin de l'été pour filtrer, c'est tout ! Il n'y a aucun inconvénient à laisser le bocal fermé dehors par tous les temps jusqu'à l'automne.
Si l'humidité des plantes surnage ou se condense sur le couvercle du bocal, il est bien de l'enlever pour éviter une petite fermentation (la rose y est très sensible).
Certains dipsosent un peu de sel au fond de la bouteille, ce sel absorbera l'eau résiduelle (c'est un procédé parfois utilisé pour filtrer et déshydrater les huiles essentielles).


Il y a une autre méthode, un peu plus contraignante dont on dit qu'elle permet une meilleure concentration (toujours le perfectionnisme…) qui consiste à ne laisser les plantes que quelques jours pour les remplacer plusieurs fois par des plantes fraîches.
Je n'ai pas comparé les deux méthodes, la première me suffisant (essayez, vous nous donnerez peut-être votre avis ?).

Je ne peux pas vous donner plus d'indication sur les recettes, les plantes, les huiles adaptées à telle ou telle utilisation, sur des préparations à bases de ces huiles parfumées puisque je ne fais que de l'huile de rose macérée dans un mélange d'huiles de tournesol et de colza. J'utilise beaucoup cette huile, et les résidus, à la filtration, sont mis dans les sauces de salades…
En revanche, je connais un certain nombre de personnes qui pratiquent cette méthode de manière beaucoup plus développée que moi et j'attends leurs commentaires et addenda pour enrichir cet article (svp contactez-moi), merci !

Juste deux choses pour finir :
• D'abord, cette technique est proche, sinon à la base, d'une méthode d'extraction traditionnelle utilisée en parfumerie, l'enfleurage. Il y avait, au Moyen-Âge, nombre de recettes de parfums fait de cette façon, mon ami Nicholas Jennings (http://www.sharini.com/index.html) en fait de temps en temps.
• Ensuite, cette habitude d'exposer une préparation au soleil est fréquente chez moi (J'habite le Midi de la France, ça aide…). J'expose au soleil de l'eau à boire avec un petit dispositif (voyez les pages de ce site consacrées à l'alchimie "élixir solaire de Stéphane Barillet"), je fais sécher mes granules homéopathiques maison au soleil, je fais évidemment mes élixirs floraux (Fleurs de Bach) au soleil, je cuisine parfois au soleil (cuiseur solaire), je fais la sieste (heu, à l'ombre en fait)… Enfin vous voyez, le soleil est une source de bien-être que notre civilisation laborieuse néglige…
Pour aller plus loin sur cette question, les alchimistes pourront lire Stéphane Barillet qui est spécialiste de la question de l'utilisation de la lumière solaire en alchimie (bien qu'il habite au nord de la Loire, mais nul n'est parfait), voici, repiqué de ses docs publiques, cette petite recette solaire que je vous remcommande chaudement. Pour les recettes simples pour la santé, un illuminé du nom de Jakob Lorber a écrit ce livre aussi profond qu'il semble fantaisiste (qu'il me pardonne ma légèreté…) Le pouvoir guérissant de la lumière su soleil que l'on peut trouver ici :
http://fr.slideshare.net/SimonaPanaitescu/le-pouvoirguerissantdelalumieredusoleiljacoblorber).


Dans une page prochaine, je vous parlerai des barreurs de feu, ce qui pourra être utile aux amateurs excessifs de ces méthodes solaires ;-)

Sitôt lu, sitôt répondu…

Mon amie Virginie Daniaux, spécialiste des plantes et préparations végétales (voyez vous-même : http://associationherbeauve.wix.com/herbe-au-vent) a bien voulu rajouter :

L'huile de millepertuis est excellente pour les sciatiques,
J'adore aussi l'huile d'hélicryse "la plante à curry"qui est une plante résistante, et qui se plait sous de nombreux climats, elle est utile contre les hématomes et les coups, pratique pour les gens manuels et bricoleurs. ET puis son odeur est merveilleuse.
L'huile de lavande apporte de nombreux bienfaits, elle soulage, une application quotidienne est de fait nécessaire, les tendinites. Elle calme l'esprit, et active le chakra de la conscience (le 3 ème oeil).
Tu aimes l'huile de rose, cette dernière douce et suave, active le chakra du coeur.
Autre merveille, l'huile de romarin, tonique et vivifiante. De plus elle lutte naturellement contre le vieillissement de la peau.
Une autre huile, efficace et magique, l'huile de pâquerette, appelé "l'huile de beauté" par de nombreux herboristes. Elle a la propriété de retendre la peau et les tissus. Quelle merveilleuse compagne après une grossesse.

Merci Virginie !

PS. La paquerette est aussi appelée plante de la femme battue : son huile ou sa teinture-mère servent efficacement contre les hématomes.

Commentaires (6)

1. YOVO KODJO DAVE 01/08/2014

j'ai adoré , j'ai appris beaucoup , j'aime partager de cette manière ,je parlerai de vous dans mon village ou je distille loin en Afrique làbas !!!!

2. Clouvel 11/09/2014

Bonjour je souhaiterai vous demander combien de jours environ laisser les macerats dehors et encore quel serait le ratio huile/fleur le plus approprié :-) ?
En vous remerciant sincerement pour toutes ces informations enrichissantes
Grégory

3. Matthieu 11/09/2014

Bonjour Grégory,
Comme je le dis dans l'article, j'abandonne mes bocaux au soleil tout l'été (en rajoutant parfois des miroirs réfléchissants, je suis un maniaque). Certains font durer l'exposition un mois ("une lunaison", c'est plus joli).
Pour la quantité, comme je l'ai déjà dit, je mets mes plantes, et je fais le plein.
Mais pressez-vous : l'automne arrive !
Matthieu

4. aurélie (site web) 01/10/2014

Superbe article! Merci pour ces précisions.
J'ai commencé cet été avec le millepertuis et le calendula ( très précieux dans notre famille). Je les ai fait à l'huile d'olive mais j'ai entendu parler de l'huile de carthame pour les macérats, on dit qu'elle pénètre bien et qu'elle ne rancit pas. Qu'en pensez-vous??

5. Matthieu 02/10/2014

Bonjour Aurélie,
Je n'ai jamais utilisé l'huile de carthame, mais un lecteur pourra peut-être me compléter ?
Je suis resté dans la simplicité (tournesol/colza). Ces huiles s'utilisent en externe autant qu'en interne (ça peut compter), elles sont bon marché, peu odorantes, très agréables au massage, et ne rancissent pas particulièrement.

6. Elodyssée 10/10/2015

Qu'en est il de l'huile de safran ?

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau