Spagyrie et Alchimie

Spagyrie et Alchimie

L'alchimie est une très vieille philosophie dont les premières traces apparaissent en occident dans l'Egypte ancienne, ce qui ne signifie pas qu'elle ne soit pas encore beaucoup plus ancienne. Ce vestige d'une civilisation disparue à trouvé de nombreuses applications et développements au cours de son histoire récente (je veux dire depuis l'Egypte ancienne). Le dénominateur commun à toutes ces formes reste la médecine. Médecine du corps, celle de l'âme, celle de la nature, des métaux &c… L'une des applications les plus récentes reste la médecine spagyrique créée par Paracelse au XVI° siècle. Médecine au sens simple pour la guérison des maladies et le rétablissement de la santé.
Cette médecine repose sur le principe alchimique qui lui a donné son nom : séparer (spao) et réunir (ageiro). l'opération consiste donc à séparer les différents principes constituants une matière première, (une plante par exemple) pour les purifier de diverses impuretés, pour ensuite réunir les principes et obtenir un puissant élixir. On parle également de Solve & Coagula (dissous et coagule).

Les principes et les procédés, tout comme la philosophie, sont alchimiques et pourtant les alchimistes modernes font souvent une distinction entre les deux disciplines. Je pense que d'une part la spagyrie est une science concrète qui n'a aucun intérêt à être étudiée sans une base expérimentale et qui demande des résultats palpables (en ce qui concerne la guérison des maladies en tout cas), et que d'autre part, ce n'est pas la méthode ou les moyens qui séparent peut-être l'alchimie de la spagyrie, mais le but. En effet, le si but de l'alchimie est une restauration globale de l'être (initiation, qui est un processus très personnel), celui de la spagyrie est plus humble : il vise à la restauration de l'équilibre du corps, par l'équilibre énergétique.

Ce but, certes moins ambitieux, a le mérite d'encourager les spagyristes à échanger leurs procédés, faire connaître leurs travaux, partager leurs résultats (disons que ça peut arriver…), alors que les disciples de l'"Art" confondent facilement hermétisme avec érémitisme et aiment à employer un langage obscur (mais autoritaire) pour exprimer ce qu'ils ne perçoivent souvent que très vaguement…

Le but de la spagyrie est donc double : d'une part, c'est une discipline pratique pour notre santé et notre bien-être, et d'autre part, c'est une bonne école pour se préparer à une pratique plus purement alchimique dont le but reste plus personnel.

La Phytothérapie
La science traditionnelle des tisanes et des teintures-mères est proche de la spagyrie par l'emploi d'extraits de plantes, souvent extraits par l'alcool (voyez le site www.les-simples.com/ qui donne une introduction à la phytothérapie). La phytothérapie n'emprunte cependant pas la théorie alchimique de la décomposition des êtres (des trois règnes) en leurs trois principes Soufre, Mercure, et Sel., les teintures formant le seul mélange soufre/mercure.
Voyons maintenant brièvement cette théorie.

Dans la pratique :
La théorie alchimique de la nature divise chaque être, quelque soit le règne auquel il appartient (animal, végétal, minéral, et tous les autres plus récemment distingués des 3 classiques : règne des champignons par exemple) en trois principes : le Soufre, le Mercure, et le Sel.

On désigne par Soufre ce qui donne le caractère du simple. cela peut être l'huile essentielle, le parfum, ou la couleur (ce qui teint) d'une plante. Le caractère du soufre est d'être un facteur d'identification, c'est la personnalité. Il y a un soufre par plante, par pierre, ou par animal. Traditionnellement, on dit que le soufre est l'âme.

Le Mercure lui, est l'esprit qui maintient la vie dans le règne d'une manière générale. Il est invisible et impalpable mais les éléments visibles qui accompagnent le départ de cette vie (fermentation du corps) indique la matière qui le contient. Dans le règne végétal, c'est principalement l'alcool, parfois le vinaigre, voire simplement l'eau. Pour savoir quel est support du mercure dans le règne animal, il faut donc observer la décomposition d'un animal mort (le poisson fait très bien l'affaire) : on reconnaîtra facilement l'odeur de l'ammoniac qui est donc un mercure du règne animal.
Dans le règne végétal, le mercure, sous forme d'esprit-de-vin (alcool éthylique) permettra l'extraction et la conservation du soufre : le mercure conjoint au soufre forme la teinture.

Le Sel est le support matériel, qui permet le développement des deux principes précédents, le réceptacle. C'est la matière essentielle qui résiste à la destruction et à la mort. Le sel d'une plante est extrait (c'est-à-dire nettoyé des impuretés diverses) par le feu (calcination) et l'eau (lixiviation, c'est-à-dire lessivage). Ce sel purifié prendra une forme cristalline et recevra la teinture pour former un élixir liquide (teinture enrichie par la cohobation sur le sel -cohober = verser dessus), ou une pierre végétale solide ou cireuse (sel animé par la teinture).

Les trois principes sont donc séparés par fermentation, distillation, ou macération. Ils sont ensuite purifiés chacun selon sa nature, pour être finalement réunis par la cohobation en un nouvel "être" dont les propriétés thérapeutiques peuvent être très puissantes. l'élixir ou la pierre qui en résultera sera mise à mûrir, en couveuse par exemple. Cette dernière opération se fait toute seule si l'élixir (ou la pierre) est placée dans de bonnes conditions. Elle est très importante, c'est aussi la plus mystérieuse.

Il est assez facile de se confectionner ses élixirs spagyriques "maison". On trouve dans la cuisine à peu près tout ce qu'il faut pour leur réalisation, ce qui demande (par rapport aux autres occupants de la maison) d'intégrer cette pratique dans la vie quotidienne normale, ce qui est une garantie pour son équilibre personnel (c'est plus facile à dire qu'à faire !!!).

Le livre de Viviane le Moullec "Nos amies les plantes" est l'un des meilleurs guides pour débuter la spagyrie, quelques soient les conditions de vie que l'on connaît (ville, campagne…).
Pour ceux qui veulent aller plus loin, il existe la formation d'alchimie végétale de Denis Labouré consultable sur www.spiritualité-occidentale.com

Nous verrons plus tard des exemples concrets de préparations spagyriques, pour l'heure je dois vous laisser : il me faut nettoyer la cuisine…

Commentaires (2)

1. Svava (site web) 03/09/2012

Que dire? Que lorsque je vous lis, j'ai l'impression de me lire moi-même? J'ai rarement (pour ne pas dire jamais) trouvé des écrits sur internet, ou dans les livres de nos contemporains (même si je vous rejoins en ce qui concerne le superbe ouvrage de Viviane Le Moullec), recoupant mes propres expériences, conclusions et compréhensions (soyons modestes, mais ne baissons pas non plus la tête!) en matière d'alchimie et spagyrie...

Vraiment enchantée d'avoir découvert votre site (il y a deux jours à peine, c'est dire si cela est récent) Matthieu, et curieuse d'en apprendre davantage sur vous!

Au plaisir,

Svava

2. Pr S. Feye 14/11/2013

DEFENSEURS DU PARACELSISME

DORN - DUCLO - DUVAL

Stéphane FEYE (Éd.)




Le succès de Paracelse – Dorn – Trithème encourage les éditions BEYA à poursuivre la voie annoncée de renouveau des études « paracelsiques »

Nous offrons ici la traduction française de trois traités apologétiques rédigés en latin, dont les auteurs sont contemporains (décédés à la fin du XVI° siècle) :

- L’Avertissement à Eraste de Gérard Dorn ;

- L’Apologie de l’argyropée et de la chrysopée contre Thomas Eraste de Gaston Duclo ;

- La Vérité et l’ancienneté de l’art chimique de Robert Duval.

Nous affirmons que, sous leurs formes pourtant très diverses (polémique, juridique, érudite), les trois ouvrages se complètent admirablement et révèlent, de plus, de véritables philosophes.

Les lecteurs, tant les avertis que les néophytes, se verront préciser les notions fondamentales de l’éternelle science sacerdotale, de la sainte alchimie jusqu’à la transmutation métallique, en passant par les grands poètes et les prophètes de tous les temps.

EN PRATIQUE :

TOME 14 de la collection BEYA
VOLUME : 249 pages
FORMAT : 163 mm x 230 mm
COUVERTURE : cartonnée cousue
ICONOGRAPHIE: illustrations en noir et blanc : 4
ISBN : 978-2-9600575-9-1
PRIX : 29,00 € TVA incluse

DATE DE PARUTION : septembre 2013

DIFFUSION ET DISTRIBUTION

- France : ARCHÈ EDIDIT
- Belgique - Luxembourg: BEYA EDITIONS
- Autres Pays : nous consulter

www.beyaeditions.com
info@beyaeditions.com

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau