Arnaud de Villeneuve

La distillation de l'Esprit-de-vin

La distillation de l'esprit-de-vin
Distillation solaire de vin

J'ai écrit cet article pour les distillateurs d'eaux de vie autant que pour les alchimistes. En effet, lorsque j'ai débuté la distillation des spiritueux j'avais déjà une bonne connaissance de la distillation telle qu'on la pratique dans les laboratoires alchimiques et ce background m'a, je pense, beaucoup servi, au niveau de la sensibilité et de la connaissances d'une gemme d'arômes peu connus dans le monde des spiritueux classiques.

Qu'est-ce que l'esprit-de-vin ?
Ce terme semble être l'invention de Arnaud de Villeneuve, un médecin-alchimiste catalan du XIII° siècle qui a introduit dans la chrétienté les connaissances de nos voisins arabes dans ces deux domaines. Cet alcool distillé à un haut degré était destiné aux extractions de teintures pour la médecine ou d'autres préparations (son élève Raymond Lulle inventera notamment le mutage des vins (l'arrêt de la fermentation avec un ajout d'alcool. Les "vins doux naturels" comme le muscat et autres ratafias sont fait comme ça).
C'est un esprit, qu'il soit de vin ou d'autres choses (fruits, grains, tubercules…), d'ou la distillation des spiritueux, et l'esprit plane sur les eaux, c'est-à-dire qu'il se volatilise avant l'évaporation de l'eau.

Les alchimistes ont des pratiques qui viennent de l'antiquité, telle que cette habitude de reproduire plusieurs fois la même opération même si la nécessité n'apparait pas évidente. C'est pour cela qu'ils aiment distiller 7 fois leur alcool pour l'affiner, le rendre "philosophique" (expression pompeuse que l'on pourrait traduire par sage).
J'en profite pour vous rappeler que les distillateurs indiens qui ont appris leur art avec les môgols venu de Mésopotamie à l'époque d'Arnaud de Villeneuve justement et qui distillent des plantes aromatiques pour produire des huiles essentielles exceptionnelles, peuvent distiller leurs fleurs jusqu'à 30 fois…
La répétition des opérations ne vient pas seulement des imperfections techniques, mais d'une habitude que l'artisan moderne n'a pas le temps de respecter. C'est une pratique dont les résultats sont quasiment imperceptibles, mais important pour qui y est sensible. Il reste dans l'atelier de distillation le vieil alambic à repasse qui n'aura pas encore été totalement remplacé par les systèmes modernes de rectifications, et bien des meilleures eaux-de-vie dans le monde sont faites avec ces vieux instruments qui demandent la répétition des opérations.

Il y a une autre particularité de l'esprit-de-vin tel que les alchimistes le distillent, c'est la faible température de chauffe. J'ai l'habitude de distiller mon esprit-de-vin dans une cornue ou une tête-de-Maure (qui sont refroidies par air, et non par un réfrigérant à eau). La vitesse de distillation est donc très réduite (1/2 à 1litre par jour). Le liquide ne bout pas et la distillation se fait par évaporation et non par ébullition.
Distillation solaire de vin 2Murissement de la pierre de vin

L'esprit-de-vin des alchimistes ne servira pas seulement à l'extraction du caractère des plantes (pour faire la teinture), mais aussi à contenir la vie du végétal. En effet, on considère que l'alcool contient la vie végétale. L'idée vient de ce que l'alcool est issu de la fermentation du sucre des fruits, et la fermentation est un processus de la décomposition, une transformation, un recyclage des éléments du végétal mort : la vie s'échappe et passe dans ce liquide alcoolisé que l'on fixera en le concentrant par la distillation.
Ceci nous rappelle que Raymond Lulle nommera cet esprit eau-de-vie. L'alcool sera donc le support de la vie du végétal, un support fixe, qui se conserve sans s'altérer.

En alchimie, on considère que le Soleil est la source de la vie (Le Soleil est son père nous dit la Table d'émeraude, un texte antique fondateur de la philosophie alchimique).
Les alchimistes ont ainsi développé des techniques de distillations solaires, dites philosophiques qui permettent de capter et de fixer cette énergie solaire si recherchée par les vacanciers (dont les techniques de bronzage sur la plage, restent très rudimentaires et néanmoins appréciées !). Ces techniques solaires ont été remis à l'honneur depuis une dizaine d'année par Stéphane Barillet qui me les a apprises.

Pour résumer ces trois points qui font l'esprit-de-vin philosophique : distiller plusieurs fois (de nombreuses fois), lentement et à basse température, et dans un appareillage qui permet de capter et de fixer la lumière et la chaleur solaire.

Je viens de terminer une bouteille d'esprit-de-vin distillé à partir de vin "nature" (c'est-à-dire vinifié sans soufre). Si j'en juge par son odeur extrêmement fine, je pense avoir distillé et redistillé suffisamment cet alcool que je laisserai maintenant reposer quelques temps. Le degré doit approcher des 90°, ce qui n'est pas une performance technique (les alchimistes modernes sont très marqués par les performances scientifiques et aiment les systèmes sophistiqués tels que la distillation sous vide ou l'assèchement de l'alcool par un hydrophile comme le carbonate de potassium pour approcher de l'alcool absolu - la quête de la pureté…).
Cet esprit me servira pour faire mes mercures spagyriques (genre de teintures alchimiques) ou pour faire une sorte de liqueur ravigorante à base de vin que les alchimistes appellent Pierre de vin.

Dans les années 80, un alchimiste australien dont je ne sais pas le nom a fait murir au soleil un tel esprit-de-vin (à 96°) jusqu'à l'obtention d'une couleur et d'un résidu rouge qui ont du être l'occasion d'une grande fête…
Distillation solaire totale