Distillations maison : les plantes

Vous trouverez ici des articles sur les possibilités légales pour la distillation amateur des plantes médicinales et aromatiques avec des recettes et des procédés.

Un important alambic historique français

Un alambic d'apothicaire ancien
alambic d apothicaire morvan xviii s.

Cet alambic historique a été récemment découvert dans une vieille maison de famille bourguignonne qui était resté fermée pendant plus d'un siècle… Il a appartenu à un médecin du XVIII° qui officiait dans le Morvan.
refrigerant dessous
Le Morvan est une région assez chiche en matière de plantes aromatiques, on y distille quand-même quelques prunes… À l'époque, les apothicaires (les pharmaciens) préparaient eux-mêmes les hydrolats et autres distillats que prespcrivaient les médecins et dont Dorvault donnait les détails de fabrication dans son "Officine de Pharmacie pratique" (1° édition 1844).Dorvault 13 e d Le propriétaire de l'alambic que je présente aujourd'hui appartenait pourtant bien, d'après l'actuelle propriétaire qui appartient à cette famille, à un médecin et non à un pharmacien. Sa cuve a une capacité d'environ 120 litres, c'est donc un instrument d'un autre usage que les petits alambics d'apothicaires du début du XX° siècle que l'on rencontre encore souvent et qui ne servent aujourd'hui guère plus qu'à la décoration.

Cet alambic à la particularité d'avoir un chapiteau-refroidisseur tel qu'on en voit encore en Afrique du Nord avec les Kéthars qui servent à la distillation des eaux florales (eau de rose, eau de fleur d'oranger…).refrigerant dessus l'eau de refroidissement est placé en-dessus de l'ensemble et une gouttière récupère à l'intérieur les vapeurs condensées au contact du toit rafraîchit par cette eau pour les envoyer à l'extérieur de l'appareil.

Ce système était manifestement connu et utilisé autrefois en France et à complètement disparu au cours du XX° siècle, je n'y ai jamais vu d'autre exemple. Les deux parties (cuve et réfrigérant) étaient lutés à l'aide d'un joint de cendre, ou peut-être de farine.

6 ke thar 17 ke thar 2Mon premier hydrolateur

 

 

 

 

 

 

Un curieux manuel de fabrication de liqueurs qui date de 1932 "126 recettes pour faires ses liqueurs" par Claude Farol en donne une description comme un modèle "simplifié" facile à construire soi-même. C'est le seul exemple que je connaisse qui utilise ce système pour une autre utilisation que les hydrolats (je donne la reproduction complète du chapitre de Farol dans mon livre "l'Alambic, l'art de la distillation" en vente ici sur ce site).4 petit alambic simplifie"Sur un petit réchaud à charbon de bois, du modèle vendu 1 fr. 75 dans tous les bazars, installons un seau en tôle galvanisée dans lequel entrera un bidon (s'il a contenu du pétrole, ne pas manquer de la nettoyer plusieurs fois avec du lait de chaux). Le bidon est fermé par un bon bouchon de liège percé d'un trou central (à l'aide d'une queue de rat, et non point d'un fer chaud qui éreinte tout le liège), juste assez grand pour tenir serré un tube acheté chez le plombier, lequel (pas le plombier, le tube !) part à côté s'enrouler en serpentin dans quelque grande boîte à conserve, perchée sur une caisse. On établit une circulation d'eau dans cette boîte par des robinets, des siphons, par des seaux perchés sur des caisses, tant bien que mal et plutôt mal que bien. Mais à condition de rester quand marche l'alambic, il marche très bien.
Il marche très bien, mais… avouons-le, il manque totalement d'élégance, et il est plutôt encombrant ! C'est pourquoi nous décrivons d'après les excellentes recettes de la campagne de MM. Chaplet et Rousset un autre modèle d'alambic, facile à construire soi-même, d'une étonnante simplicité, et tout plein mignon. C'est une sorte de marmite à laquelle quelque ingénieux chaudronnier nous aura soudé une bordure supérieure en forme de gouttière. Laquelle gouttière supporte un cylindre de fer blanc à l'intérieur duquel on a fixé un cône. Un point c'est tout (fig. 14). En chauffant la marmite mi-pleine de vin, nous produisons des vapeurs qui, rencontrant la paroi conique refroidie par l'eau du bac supérieur, se condense. Les gouttelettes formées ainsi ne retombent point dans le liquide chaud, mais ruissellent de côté et s'accumulent dans la gouttière où l'alcool forme joint hermétique et s'écoule par un trop plein dès que la gouttière est à moitié remplie."

Les alambics sont, ou ont été, comme les les distillats : nombreux, différents, riches, beaux…

Celui-ci est toujours dans le Morvan, il est en cours de réhabilitation pour la distillation d'eaux florales par une lointaine descendante du docteur-distillateur qui autrefois utilisait cet alambic.
Mais lui-même, en fait, qu'en faisait-il ?…
alambic d apothicaire morvan xviii s

Mon premier Hydrolat

Les questions d'un jeune papa distillateur…
Mon premier hydrolateur
Bonjour, J'ai réalisé mon premier hydrolat de mélisse.
500ccm de feuilles compressées pour 1 lt d'eau
Ma question:
Quel est le lot qui renferme le meilleur hydrolat
J'ai réalisé 5 lots
lot 1 dés la sortie de la première goutte, lot 2 après 3 minutes, lot 3 après 10 minutes, lot 4 après 17 minutes, lot 5 après 30 minutes, lot 6 après 45 minutes puis arrêt à 60 minutes
Par quel moyen simple et non subjectif qualifier mon hydrolat?
merci pour votre aide
Meilleures salutations B.

Bonjour B.,
Votre inquiétude est un bon signe d'enthousiasme et disparaitra très vite avec l'habitude !
Le meilleur moyen de connaissance (et non d'information) reste les moyens organoleptiques (le nez, la bouche &c…). L'expérience continuelle et le temps sont les ingrédients nécessaires au progrès. Les informations  qui ne viennent pas de sa propre expérience sont rarement des guides fiables.
Mais pour aujourd'hui, je peux quand-même répondre simplement : D'une façon très générale il faut mettre 6 à 10 fois en eau le volume de plantes ou, pour les tous petits alambics, remplir systématiquement la marmite.
Toujours d'une façon très générale le rendement moyen tourne autour de 1 kg. de plantes pour 1 litre d'hydrolat (mais les instruments de mesures que la nature vous a donné d'utiliser et de développer vous indiqueront le bon moment pour couper la chauffe).
Pour conclure, je peux vous dire que mes tous premiers essais m'ont intrigués tout autant que vous les vôtres, et qu'ils n'ont pas été dès le début couronnés de succès !
Bonne continuation !
Matthieu

 

Alambic de balcon

Les balcons innocents…

Pensiez-vous que les paraboles que l'on voit sur les balcons des grands immeubles servent à fournir cette drogue psychique que l'on appelle la télé ? Point du tout ! Si les habitants des quartiers surpeuplés des banlieues ne sont pas nourris par la nature et le calme, ils n'en sont pas si abrutis pour autant et ces capteurs cosmiques de balcons ont peut-être une destination toute autre que que le gavage par les glou-gloussements idiots des pantins d'écrans !

Voyez plutôt :

Distiller au balcon
Le site où l'on apprend que l'énergie solaire n'est pas que utilisée par les extras-terrestres, mais aussi par les distillateurs : http://www.vaucanson.org/php5/Accueil/index.php/distilla-sun

The a la menthe ou…

Merci à Nathalie, Salomé et Samuel qui ont participés à ce projet distilation pour l'info.

Eau de Rose

Un ami prof de français fait étudier Le Parfum de patrick Suskind à ses élèves de 2°, il m'a demandé d'intervenir dans sa classe pour présenter mon point de vue en tant que distillateur.

Pour mieux réunir mes idées sur cette intervention, j'ai distillé quelques pétales de roses séchées ramenés de mon dernier voyage au Maroc :

 

Alambic à tête de Maure (distillation d'eau de rose)

J'ai utilisé un petit alambic à "Tête de Maure" chauffé au bain-Marie à l'huile. La quantité de pétales disposés dans le récipient est trop faible pour avoir une eau de rose de bonne qualité, mais ça met dans l'ambiance…

Je reviendrai au printemps sur ce système d'alambic avec la distillation au soleil…

PS. Je complèterai cet article avec le compte-rendu de cette intervention avec les élèves.

La distillation maison des plantes : le Romarin

Quand on a la chance de vivre à la campagne, entre les joies du jardinage, et des confitures, il y a, chez nous, la distillation des eaux de plantes aromatiques

En ce moment, c'est le romarin qui est en fleur et je vous ai fait un petit reportage sur la fabrication maison de l'eau de romarin.

1. dans la garrigue

Nous utilisons un petit système de distillation "de cuisisne" que j'ai acheté au Maroc qui à l'avantage, outre d'être très pratique pour les distillations maisons, de ne pas convenir à la distillation des alcools et de ce fait, d'échapper à la règlementation sur les alambics.

Voici l'opération complète détaillée :

le système complet Le système intallé sur la cuisinière familiale

 

 

2. la cuve emplie d'eau

   La cuve est remplie d'eau de source

 

 

 

 

 

3. le panier

 

   Le panier est disposé au dessus

 

 

 

 

4. le refroidisseur

 

   Le refroidisseur complète l'ensemble

5. la plante

                                                                                       La plante

 

 

 

6. Le sytème prêt, avec joints de farine et eau de refroidissement

 

 

   Le système complet, les trois parties sont lutées avec un joint de farine, le refroidisseur est empli d'eau froide

7. l'indispensable manuel

 

               Le manuel, indispensable compagnon du distillateur de cuisine…

 

8. L'hydrolat et l'huile

 

   Malgré le système peu performant, on peut avoir un peu d'huile surnageant l'hydrolat

 

 

 

9. à la fin

 

      1 kilog de plante donne en général 1 litre d'hydrolat (et l'opération parfume toute la maison !)